Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

" La gauchisation de La Voix du Nord "

Pendant près de 40 ans, Gilles Varange a travaillé pour La Voix du Nord. Il déclare à Alexandre Rivet dans Présent :

" [...] Nous avons assisté progressivement à un « gauchissement » de la rédaction. C’est un phénomène qui s’est produit lentement puisqu’au départ, La Voix du Nord était un journal gaulliste et vient d’un groupe issu de la résistance.

Le changement de la ligne éditoriale est-il dû à l’arrivée de nouveaux journalistes ou à des consignes de la direction ?

Il y a deux explications. D’abord, il y a l’arrivée des nouvelles générations sortant presque toutes des écoles de journalisme qui sont devenues au fil du temps des temples du gauchisme, notamment l’ESJ de Lille, dont je suis moi-même issu. C’est la tendance catho de gauche, marxiste… Puis à la fin des années 1970, un journal socialiste appelé Nord Matin a disparu car il ne se vendait plus, et le rédacteur en chef de l’époque, Robert Décout, a embauché alors plusieurs dizaines de journalistes de Nord Matin sous la pression des syndicalistes. Une décision qu’il m’a confié avoir énormément regretté par la suite.

[...] La Voix du Nord a donc confié des postes à responsabilité, des postes de directeur en chef adjoints de bureaux locaux à des journalistes engagés. Cela a été le début de la « gauchisation » du journal.

[...] On entre là précisément dans le processus d’achat, au début des années 2000, par le groupe belge Rossel. Il faut savoir que ce groupe appartenait à la richissime famille Rossel, libérale dans le sens américain, pour la libération des mœurs, favorable à l’immigration, hostile à tout ce qui peut ressembler à du dirigisme… Et, bien sûr, avec ces nouveaux patrons, on facilitait l’ascension de tous ces jeunes journalistes qui, au fil des ans, étaient passés d’un gauchisme marxiste-léniniste, voire maoïste, à ce qu’on peut connaître aujourd’hui, un gauchisme de mœurs pro-immigration mais qui n’a plus de problème avec l’argent, complètement décomplexé, comme pour les gens de Libération et comme quasiment dans toutes les rédactions en France.

Avez-vous connaissance de liens entre ces journalistes et les responsables politiques de la région ?

Plusieurs de mes jeunes confrères sont partis par la suite comme attachés de presse de Martine Aubry. Lorsque j’étais encore à La Voix du Nord, mon rédacteur en chef appelait la journaliste locale à Lille « la locale Mauroy », car tous étaient aux ordres de Pierre Mauroy, dont l’actuel rédacteur en chef. Il y a des liens absolument incontestables entre toute une partie de la rédaction et le conseil régional, mais aussi la mairie de Lille. [...] "

SOURCE : Présent depuis le Salon Beige