Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

Grippe aviaire : nos éleveurs d’oies et de canards en péril. Le Front National interpelle le Ministre de l’Agriculture et Carole Delga

Suite à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans notre région, le gouvernement vient d’annoncer le gel de la production des élevages d’oie et de canard du Sud Ouest, afin d’éviter les abattages préventifs massifs pratiqués par le passé et de permettre aux équipes sanitaires de procéder à la désinfection complète des installations. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre l’assainissement de l’environnement en créant un vide sanitaire.

Nous tenons à alerter le gouvernement sur les effets pernicieux possibles de la mesure proposée. S’il est louable de vouloir éviter les abattages massifs d’animaux, les éleveurs ne pourront pas continuer leur activité et continuer à acheter des animaux jeunes à engraisser, ce qui conduira à une perte de chiffre d’affaire considérable. Il serait aussi proposé de réduire le nombre de bandes d’élevage par exploitant de façon permanente ce qui aurait un effet majeur sur leur résultat d’exploitation. Il n’existe pas d’assurance pour couvrir ces risques : c’est donc tous les producteurs qui en pâtiront sans compensation financière.

Nombre d’éleveurs sont déjà très affectés par le climat économique, les charges élevées et les dettes. Sans aide beaucoup ne survivront pas. C’est donc toute une filière qui risque d’en pâtir, car au-delà des éleveurs, c’est toute la chaine de production qui risque d’être affectée : de l’engraissage au produit fini en passant par le gavage.

En plus des mesures proposées dans le plan qui doit être proposé par le gouvernement Français à l’Union Européenne la semaine prochaine, il nous parait donc important de mettre en place un système d’aide financière d’urgence pour éviter la disparition de nos producteurs tenant compte de la perte d’exploitation avec un système de paiement rapide, de geler le paiement des cotisations MSA et d’imposer aux banques finançant les exploitations un gel intégral des intérêts et des remboursements qui leur sont dus.

Les éleveurs affectés par l’abattage de leurs animaux en Novembre n’ont toujours pas été indemnisés et certains sont au bord de la faillite. L’élevage d’oie et de canard est une composante essentielle à l’identité du Sud Ouest et il est donc urgent qu’un mécanisme de compensation financière efficace soit mis en place afin de la défendre.

Une question sera posée à l’assemblée plénière du Conseil régional du 18 janvier par le groupe FN/RBM sur l’action qu’entend mener la région face à cette crise.

Louis Aliot

Député Français au Parlement Européen