Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

Louis Aliot
Louis Aliot

Le Conseil d’Etat vient n’annuler l’élection de Dominique Reynié, tête de liste Les Républicains-UDI-Modem lors des régionales de décembre dernier. En effet, ce politologue parisien, farouche adversaire du Front National, n’avait quasiment aucune attache avec la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, dont il briguait pourtant la présidence au nom d’un grand parti du système.

Cette éviction est l’aboutissement d’un grave scandale politique, impliquant Les Républicains, le PS et Matignon. Dès le mois d’octobre 2015, la presse avait révélé la situation aberrante de M. Reynié. Celui-ci avait demandé à sa mère un bail de complaisance, antidaté de surcroît, pour pouvoir produire une domiciliation fictive dans l’Aveyron. L’irrecevabilité de cette candidature était connue de tous. En dépit de ces avertissements, Nicolas Sarkozy, parrain politique de Dominique Reynié, a imposé son poulain comme tête de liste (contre l’avis des militants).

C’est donc en toute connaissance de cause que la préfecture de Toulouse a validé en novembre une liste dont le chef de file ne respectait pas les critères légaux. Des médias locaux ont indiqué à l’époque que cette validation suspecte avait été pilotée de Matignon par Manuel Valls en personne. D’après le PS, l’éviction de M. Reynié aurait pu profiter au Front National, déjà très haut dans les sondages. M. Reynié et la liste qu’il a conduit ne doivent leur validation qu’à la connivence malsaine de l’UMPS et au laxisme, politiquement orienté, de la préfecture. Chacun imagine la réaction du préfet si le FN avait présenté une telle liste…

Cette affaire révèle donc un double scandale. D’abord celui des « experts » à la solde du système : Dominique Reynié, professeur à Sciences Po’ Paris, « spécialiste » des « populistes » auxquels il voue une haine viscérale, est l’archétype des donneurs de leçons sur les plateaux de télévision. Ce soi-disant connaisseur de la vie politique a démontré sa totale incompétence tout au long de son parcours régional. Quelle crédibilité ses étudiants et les médias accorderont-ils à ce personnage désinvolte et déconnecté du réel? Ensuite, cet échec révèle la collusion inouïe de l’UMPS : imposé par Sarkozy et validé par Valls au nom de la lutte anti-FN, ce candidat hors-sol a bénéficié d’un traitement de faveur en préfecture qui a notablement faussé l’élection de décembre dernier.

Communiqué de presse de Louis ALIOT
Vice-Président du Front National