Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

Un rapport sur l’Islam révélateur d’un véritable clivage politique

Le sénateur Bonnecarrère rend compte dans la presse d’une mission d’information concernant « l’organisation, le fonctionnement et le financement de l’ Islam en France » conduite par le groupe centriste du sénat.

Ces sénateurs semblent découvrir que la communauté musulmane est « sous forte influence des pays d’origine » , qu’il « existe des mosquées algériennes, marocaines ou turques qui font appel à des contingents d’imams étrangers » et qu’une partie de « ces imams détachés arrivent en France comme enseignants dans le cadre des ELCO », Enseignements de Langue et de Culture d’Origine qui visent à apprendre aux enfants d’immigrés la langue et la culture du pays d’origine dans le cadre de l’Education Nationale !

Pour remédier à cette situation que l’on peut observer notamment à la mosquée d’ALBI, ville dont il a été le Maire pendant 18 ans, le sénateur Bonnecarrère considère que le financement du culte musulman par des pays étrangers doit transiter à l’avenir par la « Fondation des œuvres de l’Islam de France », fondation créée par décret en juillet 2005 par le Ministre de l’intérieur Sarkozy en violation de l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 qui stipule que « La République ne reconnait, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte » !

Il est révélateur que ces politiques qui donnent sans cesse des leçons de républicanisme violent la loi de séparation des églises et de l’Etat de 1905 !

Encore plus intéressant est le passage où ces sénateurs s’inquiètent « du respect des valeurs de la République » définies comme « l’égalité homme-femme, le rejet de l’homophobie, la reconnaissance de la shoah et du génocide arménien ».

Nous avons ainsi l’énumération de leurs valeurs de la République, nous qui pensions naïvement qu’elles consistaient plutôt à respecter notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » ou le principe de laïcité !

Pas du tout, puisque là aussi la solution bafoue la Loi de 1905 en préconisant de s’appuyer sur le Conseil Français du Culte Musulman « qui doit pouvoir fournir un programme » et les « Universités dispenser une formation civique et civile avec un financement d’Etat » !

Ainsi comme pour le fiasco de l’Europe de Bruxelles où on nous dit qu’il faut plus d’Europe, on nous dit que pour le « bien vivre ensemble » il faut plus d’Islam dans le domaine public et que l’Etat doit être maître d’œuvre au mépris de la laïcité de 1905 !

Nous pensons au contraire que face à l’islamisme il faut réaffirmer nos valeurs, notre identité et faire respecter la laïcité, tout en garantissant la liberté de culte pour chaque citoyen musulman.

2017 sera aussi l’occasion de mettre en lumière ces clivages cultuels et le type de société que nous voulons laisser à nos enfants.

Communiqué de presse de Frédéric Cabrolier, conseiller régional du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, conseiller municipal et communautaire de la ville de Albi.