Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

Photo Le Tarn libre
Photo Le Tarn libre

De nombreux Castrais, devenus propriétaires de leurs habitations, se sont certainement reconnus dans un article publié fin juillet par un hebdomadaire local.

L’enquête menée par ce journal sur le marché de l’immobilier castrais, avec les témoignages de professionnels, nous laisse abasourdis et nous ne pouvons qu’avoir de la compassion pour les personnes concernées. Les mots sont durs et peuvent véritablement choquer les malheureux propriétaires : « Aillot, c’est un no man’s land ! Plus personne n’en veut. » - « Bisséous, ça passe encore mais avec des prix qui peuvent baisser de 30, 40 %, voire plus encore. »…

Voilà le triste résultat d’une vie de travail faite de nombreux sacrifices. Aujourd’hui, ces gens sont condamnés à une double peine : ils ne peuvent plus vivre en paix chez eux et ont perdu tout espoir de vendre un jour leur bien pour aller s’installer ailleurs.

Alors, face à l’abandon de l’Etat, le seul moyen qu’ils aient trouvé pour essayer de faire face à cette insécurité omniprésente, gâchant leur existence, est l’installation d’alarmes afin de protéger leur domicile. Néanmoins, cette sécurisation aux coûts élevés reste relative car persiste la peur permanente de représailles en cas de dénonciation (intimidations, voitures brulées…).

Il y a de quoi être en colère, sachant que les responsables de ces préjudices vivent en général aux dépens de la société, profitant au passage des impôts de leurs victimes.

Toujours la double peine !

Jean-Paul PILOZ
Conseiller municipal et communautaire de Castres
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées