Publié par FN81

NE PAS PLIER !

Et pourtant, à longueur de séance, le tandem Delga-Onesta nous engage à rentrer dans le rang, à faire silence et à voter sagement, en respectant la tradition, leurs traditions : la loi du silence, la loi du « milieu » afin de nous emmurer avec eux dans la compromission et la complicité. Cette belle complicité qui lie les Républicains et les Socialistes depuis 40 ans et qui a mené notre pays où il en est aujourd'hui : au bord du chaos.

Les minorités de gauche veulent nous faire taire !

Ainsi, depuis le début de son mandat, Mme Delga, Présidente de Région, s'applique souvent illégalement à écarter notre groupe de l'institution régionale en assemblée, en commission, des organismes extérieurs ou des conseils d'administration des lycées. Ses méthodes antidémocratiques visent bien sûr à masquer son incompétence mais aussi et surtout à dissimuler le clientélisme et le sectarisme de ce "système politique" aux abois, désuet et à bout de souffle.

La voix majoritaire du Peuple face aux minorités au pouvoir.

Nos prises de position dérangent ce désordre établi et nous sommes déterminés à faire entendre la voix majoritaire de ceux qui veulent que ça change, au sein de ce « Conseil Régional des minorités » ! Face à l'outrance et à cet insupportable sentiment d'impunité, appuyés par la fausse droite, dont cette gauche ne se départit jamais, nous passerons systématiquement par la voie judiciaire, s'il le faut, pour faire reconnaître nos droits, vos droits et la démocratie. Ces recours, nos interventions en assemblée ou nos communiqués, ne sont peut-être pas toujours (ou encore) des « armes » efficaces et visibles, d'autant que la presse régionale se garde bien de les relayer, mais nous avons tout de même obtenu, entre autres, cet été la « démission » de la vice-présidence de Mme Négrier.

Résister, ne rien laisser passer, ne rien négliger ou minimiser.

La lutte systématique contre les injustices, les scandales politiques ou financiers reste essentielle pour nous d'autant qu'il nous est extrêmement difficile d'influer sur l'économie et la gestion de la collectivité. D'abord parce que la gauche règne sans partage mais aussi parce que les « Républicains » viennent trop souvent au secours de l'exécutif lorsque nous dénonçons ses dérives.

Et la Marseillaise, le nom de la région, ne sont pas de « simples » symboles.

Nos combats pour les défendre ne sont pas inutiles. D'ailleurs, pourquoi la gauche s'y attaquerait elle sinon ? Etymologiquement, « symbole » vient du grec et signifie « rassembler », « mettre ensemble ». Le drapeau français nous rassemble, la Marseillaise nous rassemble, le nom de notre région aussi puisqu'il nous ramène à nos racines, notre identité, et nos terroirs ... Les éliminer consiste justement à nous séparer et à nous détacher de ce qui fait notre force : notre sentiment intérieur, nos racines et l'amour de notre France. D'autres avant nous, nos aînés, nos militants d'hier et ceux d'aujourd'hui, se sont fatigués et attachés à défendre ces symboles, nos valeurs, notre patrimoine, leurs vertus et nos gloires passées.

Nous ne devons pas renoncer à les défendre. C'est le message que nous a transmis Marine Le Pen, le 3 septembre à Brachay, dans son discours de rentrée. Si nous voulons la victoire en 2017, si nous voulons défendre notre civilisation : « Vous ne devez pas plier ! » Nous ne plions pas, nous sommes les fers de lance de la résistance. Vivement Marine ! Vivement 2017 !

France JAMET
Présidente du groupe FN/RBM au Conseil
Régional de Languedoc-Roussillon-M
idi-Pyrénées