Publié par FN81

Une vingtaine de policiers, soit la presque totalité de la brigade castraise de police-secours est en arrêt maladie.

Des policiers dont les conditions de travail sont devenues intenables, en partie à cause des cycles horaires largement contestés mais aussi par la surcharge de travail découlant de l’Etat d’urgence. Des hommes et des femmes fatigués, les nerfs à vifs, avec des problèmes professionnels ayant des conséquences directes sur leur vie de famille.

Un « Burn-out » collectif ! Mais c’est avant tout un message fort à leur hiérarchie, un signal d’alerte à la population qu’ils envoient. Le manque de réponses pénales aux délits a ses limites, « STOP », les délinquants ne sont pas uniquement des victimes de la société.

Pendant que ces policiers étaient en repos forcé, nos forces de l’ordre étaient caillassées dans le quartier d’Aillot et comble du comble le commissariat de Castres était pris d’assaut par un groupe de voyous issus de la communauté des gens du voyage.

De tels événements, impensables il y a peu, sont devenus aujourd’hui une triste réalité. Dans un contexte national anxiogène, nous ne constatons aucune volonté politique de prendre véritablement en compte la sécurité de nos concitoyens.

Alors, face à ces difficultés récurrentes et insupportables qui impactent de plein fouet nos policiers, nous ne pouvons que leur apporter notre soutien et notre gratitude. Ils sont les derniers à défendre nos valeurs et la liberté dans une société bien malade.

Leur devise : « Pro patria vigilant » - Ils veillent pour la Patrie.

Les élus Front National « Castres Bleu Marine »
Jean-Paul PILOZ, Patrick SAÏS.

(Tribune rédigée le 29 mai 2017)