Publié par FN81

L’expression vient d’un barbier qui avait affiché sur la vitrine de sa boutique « demain, on rase gratis ». Mais il ne tenait jamais sa promesse, car l’affichage étant permanent, il n’y avait jamais de jour gratis.

Le nouveau président, comme le barbier de l’histoire, a vendu du rêve ou plutôt un mirage. Le réveil risque d’être douloureux, particulièrement pour les habitants de notre commune. Car les chiffres ne mentent pas : en 2014 (source : lejournaldunet.com) 60,44% des foyers fiscaux castrais ne payaient pas l’impôt sur le revenu, contre seulement 37,39% pour la moyenne nationale.

En entrant un peu plus dans le détail : plus de 34% des revenus des foyers castrais étaient inférieurs à 1000 €/mois et plus de 60% inférieurs de 1666 €/mois. Ce qui est peu pour vivre correctement ! Car nous le savons tous, le montant des dépenses incompressibles des foyers (impôts, santé, loyer, électricité, gaz, eau, assurance…) est devenu exorbitant et souvent insupportable.

Alors, nous pouvons être convaincu que l’augmentation de la CSG, prônée par ce président banquier, appauvrira encore plus les retraités castrais qui devront pour payer l’addition se serrer la ceinture d’un cran supplémentaire. Après cinq ans avec « le changement c’est maintenant » nous aurons le changement dans la continuité.

Plus besoin de barbier, nous serons tondus à ras.

Les élus Front National « Castres Bleu Marine »

Jean-Paul PILOZ, Patrick SAÏS.

Demain, on rase gratis !