Publié par FN81

Outre les deux ministres, Richard Ferrand, mis en cause pour favoritisme, et Marielle de Sarnez, mise en cause pour l'emploi de son assistante parlementaire, six candidats de "La République En Marche" sont soit impliqués dans des affaires judiciaires, soit mis en cause pour leur moralité, les récriminations allant de la falsification de diplômes à la fraude à l’assurance-maladie.

Autant de mis en examen au tout début d’une mandature est une première. Le besoin de renouvellement de la classe politique est légitime mais la politique demande de l’expérience et une rectitude dans l’engagement, et nombreux sont les candidats expérimentés, moralement irréprochables et issus de la société civile, notamment au Front National.

Dans une période d’état de grâce inhérente à l’élection d’un nouveau président, donner un blanc-seing à des candidats inconnus encore il y a un mois et qui ont rejoint un mouvement souvent par opportunisme va inéluctablement conduire à de nouvelles désillusions.

A l’heure où notre pays connaît une crise sociale et sociétale, il ne faudrait pas y ajouter une crise politique en ne tenant pas compte du citoyen qui est derrière chaque politique au bénéfice d’une étiquette, car je pense que l’on se comporte en politique comme on se comporte dans la vie civile.

Frédéric CABROLIER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :