Publié par FN81

Carole Delga vient d’essuyer un véritable revers politique en Occitanie. Le candidat socialiste Benoît Hamon qu’elle soutenait n’a obtenu que 6,35 % des suffrages.

Dans le même temps, engagée en décembre 2015 par Louis Aliot lors des régionales, la dynamique en faveur de Marine Le Pen s’est envolée au niveau national du Languedoc-Roussillon jusqu’en Midi-Pyrénées.

Cet élan patriote porte de nouveaux espoirs. Il révèle aussi un désaveu franc et massif à l’égard de la gestion socialiste menée en Occitanie.

De ce scrutin et ceux à venir, on peut tirer deux enseignements :

1. Mme Delga est désormais minoritaire dans l’opinion et n’a plus de légitimité au sein de sa propre majorité « de circonstance », désormais éclatée.

2. Vous souhaitez tous et majoritairement + de France et moins d’Europe ultralibérale, + de sécurité et moins de laxisme, + d’investissement et moins de gaspillage, + de protection et moins de précarité, + d’emploi et moins de mondialisation sauvage.

C’est ce que nous défendons jour après jour au Conseil Régional.

Et si les propositions que nous présentons ont été chaque fois rejetées, nous ne désarmons pas. Nous finirons par obtenir gain de cause.

Nous avons demandé l’instauration de la clause Molière pour favoriser l’emploi de travailleurs francophones à qui sont préférés les travailleurs détachés.

Mme Delga a refusé.

Nous avons proposé la création d’un plan d’action spécifique dédié à l’autisme pour une meilleure prise en charge régionale.

Mme Delga a refusé.

Nous avons exigé le respect des engagements sur les aides à la filière Bio bloquées par l’Union Européenne.

Mme Delga a refusé.

Nous avons présenté un vœu de soutien aux forces de l’ordre et de sécurité.

Mme Delga a refusé.

Nous avons dénoncé la concurrence directe et déloyale de l’Espagne en matière de fruits et légumes en réclamant l’instauration de circuits courts afin de consommer nos produits locaux.

Mme Delga l’a refusé.

À l’instar de ces exemples, toutes nos propositions (+ d’une centaine) sont rejetées à la demande de Mme Delga, par la gauche et par ses « alliés » de droite (LR et Centre).

Nous sommes les seuls à dénoncer cette dérive totalitaire. La violence du geste de Mme Delga arrachant le micro d’un de nos élus en assemblée en est un triste modèle.

Cette négation du suffrage, ce reniement de vos intérêts, cette politique d’austérité dictée par Bruxelles, ce système oligarchique déliquescent massivement rejetés, sont antidémocratiques.

Nous, nous respectons la démocratie. Nous entendons vos préoccupations. Nous portons votre parole.

Désormais le rejet du PS change le rapport de force en Occitanie.

Il est bien temps que justice vous soit rendue !

Groupe des élus FN/RBM au Conseil régional d'Occitanie

(Mai-Juin 2017)