Protéger les Français.

Défendre la France.

Cliquez ci-dessus pour voir...

Publié par FN81

Tout comme la météo, réchauffement climatique ou pas, les étés sécuritaires castrais sont de plus en plus chauds, voire même brûlants.

 

L’été 2017 le sera certainement. Normalement régime d’exception, l’Etat d’urgence mis en place au lendemain du 13 novembre 2015 sera sans surprise prolongé. En plus de son coût financier important, cette situation génère un sentiment permanent d’insécurité. La municipalité mettra tout en œuvre pour assurer la protection de ses concitoyens pendant la période estivale.

 

Mais le risque zéro n’existe pas et nous ne sommes pas à l’abri d’un marteau venant frapper la tête d’un policier en patrouille (comme récemment sur le parvis de Notre-Dame cet étudiant étranger de 40 ans qui vivait aux frais du contribuable français), d’un véhicule fou fonçant dans la foule ou d’une attaque aveugle à l’arme blanche.

 

Maintenant, le ras-le-bol général est là : celui des paras du 8 qui depuis deux ans assurent au sein de l’opération "Sentinelle" la sécurité des sites parisiens ; celui des forces de l’ordre face à une délinquance de plus en plus violente, sans oublier celui de tous les anonymes qui n’en pensent pas moins et souffrent de cette situation.

 

Dernièrement, un délinquant castrais ayant provoqué de graves blessures à un agent municipal a été condamné par la justice à lui verser la somme de 61 516 euros de dommages et intérêts. Évidemment l’individu n’est pas solvable et c’est la mairie, donc nous tous, qui versera une indemnité compensatrice équivalente à cette malheureuse victime.

 

Combien de temps allons-nous encore tendre l’autre joue ?

 

Les élus Front National « Castres Bleu Marine »
Jean-Paul PILOZ - Patrick SAÏS