Publié par FN81

Nous l’écrivions avant les vacances : « les étés sécuritaires sont de plus en plus chauds, voire même brûlants ». Attentats dans les grandes villes européennes, attaques contre les militaires du plan Sentinelle, voitures folles contre les abris bus et les restaurants, etc.

Le réchauffement climatique ne pouvant être invoqué, le ministre de l’Intérieur a décidé de mobiliser les hôpitaux psychiatriques pour lutter contre les terroristes, dont beaucoup deviendraient subitement fous en criant « Allah Akbar ».

Soyons objectifs, cela n’arrive pas qu’aux autres et il n’y a pas que les terroristes qui sont sujets à des « coups de folies ». Cet été à Castres, dans le quartier de « Laden - Petit Train », une bagarre entre familles rivales a fait plusieurs blessés (dont un par coup de couteau) alors qu’un autre ne trouvait rien de mieux que de foncer dans la foule au volant de sa voiture... A Bisséous, une soirée alcoolisée s’est terminée par un meurtre. Pendant ce temps, les habitants de la rue Briguiboul comptent le nombre de voitures incendiées.

Evidemment en colère, ils ne comprennent pas pourquoi leur rue si tranquille est devenue le terrain de jeu de racailles locales sans que personne ne puisse rien faire pour y remédier. Ils sont comme ces Français devenus victimes par habitude d’un système incapable de les protéger de vulgaires criminels ou de terroristes « connus de nos services » comme disent les policiers.

La question qu’ils devraient se poser, c’est pourquoi ?

Les élus Front National « Castres Bleu Marine »
Jean-Paul PILOZ, Patrick SAÏS.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :